Dire aurevoir à la dépression

Le jour où j’ai choisi le bonheur

 large (1)

Il est toujours difficile de se rendre compte que ce que l’on a vécu, d’autres auront à le traverser à leur tour. Alors, souvent, je me dis que j’aimerais bien les aider ces « autres », être la personne dont j’avais moi-même besoin il y a quelques années. Leur raconter que non, rien n’est insurmontable et que ça ira. Ça ira forcément mieux.

_-À 17 ans je suis tombée amoureuse. Amoureuse d’un homme qui m’a transportée. Sans même le rencontrer j’ai découvert l’amour passionnel, celui des films vous savez ? Avec les papillons dans le ventre, la chaleur dans la poitrine, le souffle court à chaque mot d’Amour. J’ai découvert à quel point je pouvais me sentir vivante d’aimer aussi fort. Et puis j’ai découvert à quel point ce genre d’Amour pouvait faire mal.

_-À 18 ans je suis tombée en dépression. J’étais fragile, sûrement un peu trop d’ailleurs. Alors quand il a décidé un matin que je ne l’intéressais plus, que je n’avais plus ma place dans sa vie, tout s’est effondré. J’ai passé plus d’une année à essayer de vomir mon cœur. Je me suis mutilée, saoûlée, défoncée. J’ai pleuré à en mourir tellement j’avais mal. Je me suis levée chaque matin pendant un an et demi en me demandant à quoi bon, à quoi bon rester vivante si j’avais tout perdu ? J’avais 18 ans et je n’avais qu’une seule envie c’était d’en finir. Je voulais mourir.

_-Je vous avoue que c’est très difficile de mettre les mots sur ce genre de ressenti, je ne suis même pas sûre qu’il y’en ait d’assez fort. La douleur était tellement intense, incessante.. J’étais devenue un  fantôme je crois, comme morte à l’intérieure.

_-Je me suis laissée dérivée pendant des mois, à attendre sagement que la mort me prenne. J’ai mutilé mes bras, mes hanches, mes cuisses en croyant que chaque goutte de sang en moins serait un gramme de douleur en moins. Et puis un jour j’ai commencé à écrire. J’ai écrit tout ce que je pouvais ressentir. J’ai noirci des centaines de pages d’amour, de haine, de chagrin, de dégoût. J’ai écrit des milliers mots amers à son encontre. Je le détestais de pouvoir vivre paisiblement, comment pouvait-il être aussi heureux alors que je n’arrivais même pas à sortir de mon lit pour affronter la vie ? Je l’ai haïs aussi fort que j’ai pu me haïr d’avoir été si naïve, si idiote. J’ai écrit, écrit, écrit pour extérioriser. Pour ne plus avoir besoin d’une lame de rasoir pour faire ressortir mon mal être.

                                                      Et vous savez ce qui m’a sauvé ?

_-Ce qui m’a sauvé, c’est d’avoir compris un jour que le problème venait de moi. C’était trop facile de me morfondre et de laisser un homme être responsable de la ruine qu’était ma vie. Beaucoup plus facile que de me remettre en question. Alors à nouveau j’ai écrit, je me suis demandé ce qui clochait chez moi, pourquoi j’étais comme ça ? J’ai écrit ma fragilité, ma facilité à me laisser avoir par la fatalité, à croire que si quelque chose m’arrivait je ne pouvait pas l’en empêcher. Je me suis rendue compte que je me laissais mourir car je pensais le mériter. Je ne savais pas encore que pour être heureuse, il me suffisait de m’en convaincre. De le vouloir si fort que rien ne pourrait m’empêcher de l’être.
J’ai compris, sans doute assez tard, qu’il était de mon devoir d’apprendre à gérer mes émotions et ma réaction face aux aléas de la vie et de l’Amour. Je ne pouvais pas blâmer infiniment cet homme de ne plus m’aimer alors que moi-même je ne m’aimais pas.

_-Alors un jour je me suis reprise en main, je me suis levée chaque matin en me disant qu’il fallait faire des efforts, affronter mon reflet et affronter les autres. Je me suis levée en me disant que j’étais la seule personne en mesure de faire mon bonheur. Je me suis forcée à y croire.

                                                               Et vous savez quoi ?
                                                 
Ce fût la meilleure décision de ma vie.



                Vous pouvez retrouver tous mes écrits
ici.

_____________________________________Avec Amour,

M

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s